C’est à vous, série 9

 
Honneur aux copines…

Marijo et son cœur d’or… n’a pas hésité pour broder à petits points comptés ces cœurs, justement, de ce rouge qu’elle affectionne particulièrement.
Allez... une petite histoire :
A l’école la maîtresse demande :
"Toto, quelle est la cinquième lettre de l’alphabet ?"
Toto réfléchit…  "-Euuuh…
-Bien, Toto, je vois que tu connais l’alphabet !"

Je suis sure que celui-ci, abécédaire  très original, peut  donner l' envie d’apprendre à n’importe qui !
Travail de fourmi, admirez un petit coin en détail : 
Fabuleux, non ?

Françoise… Fidèle parmi les fidèles ! Du rouge aussi, mais pas que ! C’est l’été, la nature est à  son apogée avec une explosion de couleurs. 
En se penchant un peu, on sentirait presque les effluves parfumées de toutes ces merveilles.
Même les animaux sont béats d'admiration ! 
La nature est belle, et merci à toi, l'Artiste, de nous montrer tes créations.

Et comme on dit ici à tout bout de champ...

A bientôt

Changement d'air...

Retour en famille et p’tites vacances…

Oui, je sais, je suis partie au mois d’avril, au mois de mai, déjà en juin pour une petite escapade outre Manche… Mais, je ne le répéterai jamais assez …

     C’est pas parce que je suis en retraite que je n’ai pas droit aux  
                                          ...VACANCES… 


Je "nous" abandonne quelques jours, direction Belfort (vous, le blog, mes plantes vertes, les fraises du jardin…).
Ma chambre est prête chez ma copine, quelques moments de retrouvailles entre ami(e)s prévus, le départ en retraite d'un collègue... J’attends avec impatience.

Surprise : un article mystère pendant mon absence. A vous de guetter !

Et après, ça va cartonner fort : 
Des nouvelles recettes de cuisine extra, pour exciter et ravir les papilles,
Des bricolos originaux et sympas, souvent inutiles, c'est bien pour ça que c'est des bricolos ! 
De nouvelles créations en carton pour ne pas perdre la main... et vous donner envie de faire. Après tout, si j'y arrive, vous pouvez aussi ! 
Des p'tites infos importantes...
Des relooking fabuleux, c'est moi qui vous le dit,
Du blabla incontournable... la preuve ! 
De la poterie, mais ça sera un peu plus tard,
Le coin des copines qui s'enrichit encore et encore, grâce à vous.
de vos visites, de vos commentaires. 
C'est grâce à vous que ce blog vit.

J’ai (encore) perdu mes clefs !

Tableau accroche clefs … 

Nous ne sommes que deux, mais nous cherchons toujours nos clés, car nous n’avons pas d’endroit pour les ranger… Pour en finir avec ce désagrément, j’ai décidé de confectionner un panneau pour que chaque clé ait sa place.
2 cartons double cannelures, contrecollés, dimensions 50 x 60, recouvert de tapisserie (choix cornélien). Liseré de couleur : vous avez vu, c’est vert…
Des fois qu’on oublie à quoi ça sert, j’écris le mot clefs… en gros !
J’écris même le nom de la clé à son emplacement, c’est plus facile de voir celle qui manque, au cas où… En vrai, c’est un peu à cause de moi, pour éviter de mettre mes lunettes pour trouver une clé.
Pas droit à l’erreur, je m’aide de caches. Ecriture au feutre indélébile.
Je fixe les pitons pour accrocher les clefs. Y’a plus ka accrocher vers la porte d’entrée !
Et quelques photos pour mieux voir les détails...

... fil d'alu coloré ...
 ... en pleine nature ...


Voili, voilou : bon, c'est pas bien mais je vous ai un peu menti… J'ai pas de Porsche, mais une Jaguar...

Saga d’été


Le temps des cerises 

On dit que tout est bon dans le cochon… Certes, mais les cerises ne sont pas en reste… La preuve.


5 kilos, ça fait une belle cagette !
Je commence par en grapiller quelques unes pour "voir" si elles sont aussi bonnes que belles… Elles sont !

Série dénoyautage, pour de futures tartes et clafoutis (quoique le VRAI clafoutis ne se fait qu’avec des cerises non dénoyautées), mais comme Chéri préfère sans noyaux, c’est parti.
Je les congèle dans des moules à tarte, à plat, et quand elles commencent à durcir, les réunis dans un grand sac.
Opération confiture. Un kilo dénoyauté, 750 g de sucre et petite innovation épices : cannelle, vanille, et une "larmichette" de kirsch. J’ai donné quelques coups de mixer pour réduire les plus gros morceaux, mais sans faire de la purée pour autant. Délicieuse.
Cerises au sirop : Pocher les fruits entiers, 15 mn environ dans un sirop (pour 1 l d’eau, 400 g de sucre et de la vanille). Remplir les pots en tassant un peu, compléter avec le jus de cuisson et 1 CC de kirsch par pot. Retourner jusqu’à complet refroidissement. Ce procédé permet de ne pas stériliser et on peut garder les pots 1 an sans souci.
Cerises au vinaigre : Il me reste encore 3 pots de l’année dernière, je n’en prépare donc pas !
Noyaux : lavés, brossés, javellisés, séchés pour en faire un petit coussin (dit bouillotte sèche). J’en ai déjà fait un que j’ai offert… Mais, il faut au moins 500 g de noyaux. Aujourd’hui  j’en ai récupéré 210 g. Je les garde en stock.
Je pourrai toujours les utiliser lorsque je fais cuire une pâte à tarte à blanc… ou faire des colliers et autres bracelets  : ça change du collier de pâtes… (Nooonnn, Marie, t’es plus à l’école !)
J’ai mis à part les queues, avant de regarder les vertus de la tisane de queues de cerises… Puis, tout compte fait, direction le composteur.

Feuilles : à macérer dans du vin rouge, avec du sucre pendant 5 à 6 semaines, afin d’obtenir un délicieux breuvage à déguster à l’apéritif. Il me reste une bouteille de l’année dernière, la voici !
Je ferai ma cueillette de feuilles bientôt. La recette en bas, si ça vous intéresse.
Mes 5 kilos sont presque épuisés, alors que je voudrais encore faire :
* des cerises confites (essai l'année dernière : long, car sur 10 jours, mais facile et Chéri adore !),
* des cerises déshydratées à essayer en grignoterie de rando,
* du sirop pour des boissons rafraîchissantes,
* du coulis pour des desserts gourmands...
Il va falloir que je reprenne, au moins, une cagette !

Voili, voilou : alors, ça vaut bien le cochon, non ?

Je vois rouge !



Coulis
de
tomates


Opportunité de fruits à bon prix… Réserves épuisées… Voilà qui me pousse à secouer les gamelles…

Comme j’espère tout de même, plus tard, récolter les tomates de mon jardin (12 pieds plantés), j’ai acheté juste 2 kilos de tomates pour voir si je savais encore faire…
Et puis quand nous croulerons sous notre propre production, je n’aurai pas le temps de faire un article sur le sujet.
Je jette tous les ingrédients dans la marmite et laisse poupougner (mijoter, mais est ce bien nécessaire de préciser ?) 2 h 30 environ. Une cuillerée à soupe de sucre en poudre pour réduire l'acidité...
Pour un coulis onctueux, je passe le tout au moulin à légumes, avant de réchauffer jusqu’au premier bouillon, pour "garantir" une meilleure stérilisation. Je garde les pots 1 an sans problème.
Les pots sont ébouillantés juste avant de les remplir.
Mise en pots rapide, couvercle de suite et retournement jusqu’ à complet refroidissement.
Des petites étiquettes, surtout pour indiquer la date, et direction le placard aux productions "maison".
Voili, voilou :  j’aurai grand plaisir à ressortir un pot quand l’hiver viendra.

Punition au garage terminée

Une commode bien pratique

Un peu d’histoire…
Il y a longtemps, j’habitais dans l’est de la France, dans un charmant village, dans un non moins charmant appartement… J’ai attrapé la coqueluche du Boncoin et, lors d’une de mes nombreuses visites sur le site, j’ai vu ce charmant meuble qui me tendait les bras.
Puis, nous quittâmes l’est charmant pour descendre dans le (presque) sud : ici. La commode a suivi lors des 2 déménagements sans grincer des tiroirs et attendait (patiemment) son heure.


Cette fois ci, je sais...
* comment la relooker, 
*où je vais la placer,
*ce que je vais ranger dedans.

Faut y aller ! 
Je sors mes outils...

Oups !... Chéri m'a prise en photo en plein  boulot ! 

Evidemment, il faut  commencer par poncer... poncer... et encore poncer. C’est hélas toujours aussi charmant fastidieux. Heureusement pas de moulures, à peine quelques rainures. (6 h au total)
Quelques bobos à réparer : pâte à bois pour les plus gros des petits éclats de bois manquants… et colle à bois pour… recoller, forcément, certaines parties de tiroirs.
Achetée sans plateau, je cours chez "mon ami le roi" et investis dans du bois pour refaire le dessus.

Mise en peinture : procédure habituelle... sous couche, 2 couches de peinture (3 pour le plateau), petit ponçage léger entre chaque. J’ai utilisé la même peinture ivoire que pour le fauteuil qui sera à côté.
Pour tout ce que je laisse "nature" : cire, appliquée en 2 couches : la première assez généreuse, la deuxième plus légère. Un bon temps de séchage entre chaque. Lustrage.


Collage du plateau.
Je le passe aussi à la cire, pour un "léger petit effet satiné" sympa.
Poignées d’origine, car elles ont un petit côté rétro que j’adore : bien lessivée au vinaigre blanc et bicarbonate de soude, puis repeintes, plus exactement bombées. J'ai testé plusieurs couleurs : noir, ça faisait trop noir; jaune pas de bombe, donc rendu pas net et pas terrible en plus; ce sera donc gris galva. 
A l'occaz, j'accrocherai quelques babioles, soit aux poignées, soit dans la serrure (je n'ai aucune clé... )

La voici terminée...
 ... qui trône en pièce maîtresse sous la véranda.
Voili, voilou : je vais pouvoir commencer autre chose ! 

Marmelade originale


" - Tu savais que manger des carottes améliore nettement la vue ?
- Ah bon, vraiment ?
- Ben oui, t'as déjà vu un lapin avec des lunettes ? "


Après le  carrot cake, voici la marmelade  de carottes !
Avant de me lancer, j’ai tout de même un peu cherché. Eh bien, ce n’est pas si original que ça. Voici quelques liens et ici.
J’ai pioché à droite et à gauche pour faire ma "soupe" à moi, le principe restant toujours le même.

Rien de plus simple :
Des carottes cuites à la vapeur sans sel… (900 g) et écrasées en purée.
J’ai ajouté 1 dl de jus d’abricot (car je n’avais pas de jus d’oranges), 750 g de sucre (là, j’ai fait la super feignasse rapide en utilisant un sucre gélifiant).
Les épices : cannelle, gingembre, muscade (comme j’en avais mis dans le cake carotte et que nous avons apprécié, j’ai beaucoup moins hésité que la première fois). Il me restait aussi quelques amandes effilées grillées que j’ai ajoutées (mais vraiment peu, environ 1 CS).
Vous n’allez pas me croire, mais j’ai complètement oublié de parfumer à la vanille (Je crois bien que c’est la première fois !).
Pour la cuisson, y’a ka suivre ce qui est écrit sur le paquet : 5 mn à gros bouillons. Bon, j’ai un peu crépi ma plaque de cuisson et quelques projections bien chaudes ont eu l’audace d’arriver jusque sur moi !
Je suis prête pour la mise en pots...
Une belle robe orangée (incroyable, n’est ce pas ?), délicieuse, voilà de quoi pallier au manque de fruits pour l’instant ! Je mettrai plus d’amandes la prochaine fois.


Voili, voilou : reçue avec mention au test de la brioche du matin… N’hésitez pas à essayer ! 
blogger