Une idée qui donne à réfléchir !

Toujours et encore pour le marché de Vertaizon, une série de miroirs dont j’ai customisé le cadre. J’en ai 6 à faire en tout, soit carrés, soit carrément ronds.
Je commence par un carré, enlève le miroir et décide d’agrandir le cadre que je trouve un peu étroit. Evidemment (sinon, ça ne serait pas moi), je décale un peu le miroir par rapport au cadre.
Une fois krafté partout, je réunis ce dont j’ai besoin : du carton, de la ficelle et des piques à brochette. Je commence soft, je me lâcherai un peu plus sur les suivants ! Je coupe des bandes de carton d’environ 1 cm de large, je pourrai les coller côté cannelure ou côté lisse.
Je n’ai bien sûr pas d’idée préconçue sur ce que je vais faire. Je progresse donc à petits pas, en collant au gré de ma fantaisie.
L’air de rien, c’est assez long à faire.
Je recoupe tout ce qui dépasse du cadre.
Une fois terminé je replace le miroir. En voilà déjà un.
Pour changer, j’attaque un rond. Une bande de tapisserie blanche collée sur le tour extérieur et le tour intérieur.
J’ai des centaines de boutons, plus ou moins blancs ou ivoire. Là encore, le pistolet à colle m’est indispensable. Pour terminer, des perles d’eau (1/2 sphère non percée) transparentes et argentées.
Je le vois bien dans un petit coin cosy ou pour une chambre de demoiselle princesse, pourquoi pas en support de bougie pour un centre de table élégant…
Le dernier à vous montrer (faut bien ménager un peu de suspens pour l’expo vente), sera esprit marin. J’avais gardé le reste de pierres de notre douche italienne. J’ai passé un bon moment à gratter et poncer la colle et traces de ciment en dessous.
Une bande de tapisserie uniquement sur le tour extérieur. Et re-pistolet : j’ai juste assez de ces petits galets plats. Il est simple, mais bien joli. D'ailleurs, si je ne le vends pas, j'ai trouvé sa place dans notre salle de bains.

Voili, voilou : les autres sont tout aussi différents, il en faut pour tous les goûts et vous les découvrirez plus tard.
📌Pour les curieuses qui se demanderaient encore où en est mon projet "lattes", j'y pense régulièrement, c'est en cours !

📌Retrouvez ICI, mon PREMIER article de blog sur le même sujet.

Les pieds dans le plat !

Entre fleur et feuille, un saladier grand format (diamètre : 39 cm)
Tout d’abord une grande plaque réalisée à la croûteuse, découpée ensuite en disque.
J’utilise le dessous d’un saladier en plastique assez évasé et peu profond comme moule. Je sèche la plaque de terre au décapeur thermique pour qu’elle soit plus facile à travailler, car trop molle, elle se déforme.
Je la positionne sur mon saladier et sèche encore un peu. Je prépare 3 pieds. Toujours pareil : hachurer la terre, barbotine, sceller la jointure avec un fin colombin de terre et lisser.
Le plus gros est fait. J’ai donné un effet martelé en utilisant une ampoule, tapotée plus ou moins fort, pour laisser une trace plus ou moins prononcée.
Les bords sont amincis pour plus de légèreté et je les ai intentionnellement laissés irréguliers.
Après la première cuisson biscuit, j’ai émaillé. Le dessous me convient.
Déception sur l’intérieur moucheté de points blancs (manque d’émail !) : c'est mooooche ! 
Ni une, ni deux, je pointille avec de la céramique à froid. J’en ajoute même un peu plus ( ET TOC !).
Cette fois ci, je le trouve présentable et à mon goût !
Voili, voilou : éternel problème… Que vais-je en faire ??

C'est pas une lumière !

Re- re changement pour une lampe qui a déjà vécu plusieurs vies.
Je l’avais achetée sur le Bon Coin, il y a plusieurs années. Ensuite je l’ai relookée en lampe fleur.
💗 Cette fois, elle va partir à Belfort, chez ma copine de toujours, Bri.
Elle vient de refaire son salon (enfin, c’est une maligne, elle l’a fait faire à son mari) et cherchais une lampe pour sa déco.
Je connais les couleurs, Y'APLUKA !
Evidemment, chez elle, ce n’est pas vert.
Donc je repeins le pied et donne un effet de béton ciré en poupougnant mes peintures directement sur le support, après 2 couches de gris passées en base. J’ai ensuite ciré pour un effet satiné.
Après, je suis restée un long moment assez indécise pour l’abat-jour !
Je suis dans ma "période" himmelis : je viens d'en terminer une série pour le marché des créateurs de Vertaizon de ma copine Mamie Do.
C’était donc naturel que j’imagine ce genre de chapeau (c’est ainsi qu’on dit par ici et, sur ce coup-là, cela m’arrange bien puisque cela m’évite de faire une répétition)
Enfin, il faut tout de même extrapoler le concept de l’abat-jour dans cette création... Avant de me lancer, j’installe les himmelis que j'ai pour voir ce que ça donne. Je montre aussi à Chéri et Clo qui passait par là, histoire de voir les réactions… (Plutôt positives, je continue !)
Je cache le support de douille avec un tube noir, imitation cuir dont la rigueur est coupée par une petite bande de tapisserie.
Je réalise 2 structures d’hemmelis, en bidouillant une base qui va reposer sur le pied de lampe. Chaque sommet est caché par une perle ½ sphérique collée au pistolet.
Incontournable petit cœur rouge… déjà paske c’est bien dans mon style… et aussi paske son salon est aussi dans les tons rouge. (et non pas des thons rouges…, mais là, je m’égare !) et que je trouve que c’était ce qui manquait !


Voili, voilou : je ne vais à Belfort que dans quelques semaines, mais comme ça, si elle passe par ici, elle pourra s’habituer, car je ne suis pas sûre qu’elle lui plaise à 100%...

C’est moi la maîtresse !

Hier après midi, j’ai animé un petit atelier de papier roulé à la maison intergénérationnelle de Veauche (42).
Belle initiative de la commune, le savoir ou les compétences des unes se mettant au service des autres. 

J’ai déjà participé en tant qu’élève, pour le pliage de livre ou pour des cours de cuisine avec Môôsieur le chef de la maison.
Chacune apporte son matériel, les cours sont gratuits et pour une somme modique (1€), on peut goûter après. C’est offert pour la maîtresse.
J’avais 5 élèves, plus ou moins disciplinées (Si je vous dis CLO… vous comprenez, hein !!?), avides de découvrir cette merveilleuse technique qui ne sert strictement à rien. Il y avait  aussi Blandine que je connais déjà.
Nous avons commencé par faire les tubes de papier journal, tout comme je vous l’avais tellement merveilleusement bien expliqué ICI.
En petite pause de roulage de tubes, elles ont préparé leur structure avec un fil de fer recouvert de tubes de papier. Quelques ligatures en fil, notamment pour la queue des poissons.
Ensuite, je leur ai montré comment commencer puis relier 2 tubes entre eux et vogue la galère. Elles sont vite devenues autonomes et expertes à manier le pistolet à colle. (Sauf, quelqu’une que je ne nommerais point sous peine d’être accusée d’acharnement, qui a réussi à se faire une cloque en se brûlant avec le pistolet). Les voici en pleine action : 
Toutes se sont donc très bien débrouillées et ont terminé leur ouvrage. A part la peinture que je préconise à la bombe pour ne pas détremper le papier et qu’il vaut mieux faire en extérieur. De toute façon, personne n'en n’avait.
J’avais apporté mes irremplaçables capsules de café et des boutons, pour prévoir les yeux des poissons ou une bidouille pour les cœurs. 
Merci  A VOUS d’être venues.
Pour ma part, j’ai bien apprécié cet après-midi fort sympathique et j’en ai profité pour recommander CHAUDEMENT, mais MODESTEMENT la visite de mon blog (Y’a pas de mal à se faire du bien !)
*** ***
Voili, voilou : je vais réfléchir à proposer une autre activité d’ici les prochains mois, je trouve le concept intéressant.
*** ***

Je suis sur la paille !


Nouvelle série de créations pour le marché de Vertaizon du mois de septembre : des himmelis (ICI) dont j’ai fait la découverte dernièrement.

J’ai commandé et reçu des tiges qui tiennent les ballons de baudruche, pour remplacer les pailles que je trouve un peu fragiles. Il me reste encore quelques tubes blancs de mes premiers essais…
J’en fais une dizaine : entre le blanc et le noir et les différents modèles, cela donne de la variété.
J’utilise de la ficelle de cuisine pour tenir les structures. Un nœud bien solide à chaque sommet et une perle plate collée au pistolet pour cacher la ficelle.
Le plus long, c’est leur mise en beauté
Certains sont simplement à poser en objet décoratif. Ensuite des photophores : un socle en chute de lino, un seau métal, une bougie chauffe plat et une déco.

J’en propose deux dans l’idée d’un centre de table avec une fiole et du fil d’alu coloré… Je vous montre :
A utiliser en soliflore 
ou en capilla.

Le second sur une ardoise. J'ai fixé le papillon sur un zébulon de fil de fer, ainsi il peut bouger.
A suspendre :
Pour terminer la série, (et je n’y pense que maintenant), j’utilise des rouleaux de papier journal.
Eh bé, ça va très bien… Si j’avais su, je n’aurais pas commandé de tubes plastique !
Voili, voilou : Mon futur stand commence à s'étoffer ! 
Vous allez me dire : "Toujours pas de lattes de sommier en vue ?"
Pour être vraiment honnête, l’idée est un peu en sommeil (hi, hi, hi), mais j’ai déjà vu en rêve comment j'allais faire !
                         ... NE PAS DÉSESPÉRER ...
blogger