Joli galbe…

C'est bien la principale (et seule) raison qui m’a attirée vers ce tabouret. Parce que...
- côté état, il a bien besoin d'un lifting (comme moi, même s'il n'est probablement pas aussi vieux),
- côté essence (je n'ose pas écrire bois) , c'est du contreplaqué,
- côté confort, faudra repasser ! 
Lessivage tout à fait indispensable et nécessaire. Un peu de pâte à bois, du ponçage et le dépoussiérage qui va avec. Deux couches de blanc pour la base. Paré pour la suite.
Faut maintenant que je lui trouve une sa place, ce qui induira sa finition :
* Salon, salle à manger, cuisine (tout en un, chez nous) : là, c’est mort…
* Salle de bain : étant donné qu’elle fait royalement 5 m2, je n’ouvre même pas la porte, inutile !
* Chambre 1 : naaan, c'est complet...
* Véranda : naaan...
* Petit espoir dans la chambre d’amis/bureau : "ah ben voui" (cri du cœur qui sauve), ce sera là, MÊME KE Chéri est d’accord de suite, à croire que cela manquait depuis la nuit des temps !

Même lessivé, poncé, peint, toutes les imperfections ressortent. C’est le problème avec le blanc. (comme moi, lorsque je mets un pantalon blanc, c’est pas toujours hyper flatteur !)
Du coup, je passe les tranches en noir. (comme moi, lorsque je mets un pantalon noir, ça cache la misère et c’est trèèèès élégant !)
Pour les faces, quelques lignes repères, puis peinture en tapotant le pinceau pour donner ce merveilleux effet matière fabuleux et original.
L’assise (bien que nous ne l’utiliserons probablement jamais en tabouret) est recouverte d’une chute de lino… et pour le shooting photo, le coussin papillon.
Voili, voulou : je suis bien contente, même si ça ne se voit pas au garde meubles garage que j’ai fait de la place !!

Tout l’Atlas sur un plateau !

... GÉNIAL ...

Dernièrement, Belle Maman m’a très gentiment donné un plateau marocain et son support en bois. 
😊 Je suis bien contente. 
Merci. 😍
Mais avant de l’installer (, d’ailleurs ? C’est aussi une question sur laquelle je dois me pencher), petit relooking à ma façon.

LE PLATEAU en or massif doré (probablement du laiton) est bien taché et encrassé, mais il n'est pas cabossé.
Je le nettoie en essayant tous mes produits miracles naturels : poudre de coquilles d’œufs, pierre à récurer maison, bicarbonate de soude, vinaigre blanc et surtout  huile de coude. Je rince et l'essuie. De toute façon, je vais le repeindre à la bombe, pour préserver le décor ciselé… Voilà qui est fait ! 

Le SUPPORT : un peu tarabiscoté à mon goût, avec toutes ces petites moulures. Là aussi un bon lessivage s’impose. Vu le temps, il sèche dehors.
Je m’aperçois que sur les montants, plus de la moitié des décos est partie. Je décide de tout enlever. C’est dommage, parce que c’était joli.
Ensuite ponçage à la main et dépoussiérage, avant d’empoigner à nouveau une bombe de peinture, blanche cette fois. Plusieurs passages légers pour éviter les coulures. Le temps est magnifique, c'est super ! 
Aux endroits où il y avait les marqueteries, je peins en argenté. Connaissant mon agilité avec un pinceau, je préfère mettre un scotch de masquage, c’est plus sûr !
(Parallèlement, je réfléchis toujours à l’endroit où je vais le placer… J’ai une petite idée, mais faut que j’essaie et proposer à Chéri, bien sûr !)
Le voici terminé et en place sur la table de la salle à manger.
Ah oui, j’oubliais de vous montrer l’incontournable breloque.

Voili, voilou : je vais pouvoir sortir ma djellaba et mes babouches…

Vite, vite, mes lunettes, j'ai cru voir des lentilles !

            COCORICO !

Depuis que l’on sait que le Prince George, potentiel futur roi d'Angleterre… a mangé des lentilles vertes du Puy en Velay lors de son premier repas à la "cantine" de l'école (le mot me fait d’ailleurs bien rire), celles-ci ont le vent en poupe. 
Je suppose cependant que c’était en version salée…
Très dernièrement, j'ai visité le parc de Vulcania, et, dans une boutique d’attrape gogo touristes, j’ai vu une marmelade de lentilles au chocolatCette association insolite a attiré mon attention, mais, sans être avare de mon bon argent frais, le rapport contenance du pot et prix ne me convenait pas !

De retour à la maison, j’ai évidemment fait quelques recherches et une fois de plus, je me suis rendue compte que ce que je découvrais n’était pas du tout une farfelunade, mais bel et bien une recette déclinée de nombreuses façons, la preuve ici ou .
Les commentaires que j’ai lus sont unanimes, mais je préfère tester moi-même. Ni une, ni deux, je me lance, pour vous faire partager cette marmelade qui, (un jour, peut-être) pourra garnir un panier gourmand original ! 

Je commence petit : 
     * 300 g de lentilles à faire tremper une nuit, puis cuire durant 25 mn à petits bouillons (ne pas saler l’eau).
J’égoutte, mais garde un peu de jus (on ne sait jamais !). Pour avoir la texture la plus lisse possible, je passe les lentilles au moulin à légumes. C’est le plus fastidieux de la recette. Je rajoute environ ½ verre de jus de cuisson.
J’obtiens 700 g d’une purée assez liquide, je goûte. La vue est peu engageante et c'est insipide à souhait… Aurais-je perdu mon divin temps ?
     * Je continue cependant et ajoute 500 g de sucre blond.
     * Côté épices, ce sera de la vanille, un chouya de gingembre (je suis loin d’être fan, mais il y en a dans toutes les recettes). Je me permets la fantaisie d’un peu de fève tonka et une once de cannelle. Bien sûr, je fais d’abord mes rajouts dans une très petite quantité, puis goûte !
Après environ 20 mn à feu moyen, en remuant régulièrement, c’est prêt. Je garde  300 g pour la suite…

LA SUITE, c’est la pâte à tartiner lentilles chocolat (comme à Vulcania).
     *  J’ajoute 200 g de chocolat au lait (mais pourquoi pas du noir ou du blanc, FÔ pas être sectaire), 3 gouttes d’arôme chocolat et 2 CS de jus de cuisson. Le chocolat fond doucement, il ne reste plus qu’à mettre en pots...
...SUBJUGUANT...
...BLUFFANT...
...ÉPATANT... 
Je suis tout à fait scotchée !
Texture moelleuse et fondante, goût de crème de marron pour la confiture nature et belle association avec le chocolat en pâte à tartiner qui à mon avis n’a pas à rougir face à certaine pâte du commerce. (en clair, y’a pas que le "Nutella" dans la vie !!).
J’ai intentionnellement rempli plutôt des petits pots pour offrir, car j’aimerais bien avoir le plus d’avis possible !
Voili, voilou : en tout cas, de mon côté, c’est sûr et certain, je recommencerai !

Et puis, c’est vrai que j’ai déjà testé le potimarron aux poires, les courgettes aux raisins, la carotte, le miel de persil…  Alors, les lentilles, c'était presque une évidence ! 

J’ai trouvé chaussure à mon pied…

*** *** ***
Autant l’ÉTÉ, j’adore avoir les pieds à l’air et ne quitte pratiquement jamais mes super claquettes hyper légères en mousse de la mort qui tue…, autant l' HIVER, j’aime bien avoir chaud, et dans cette optique, j'ai acheté des "chaussons botillons doudou".
*** *** ***
*** *** ***
Il n’y avait pas trop le choix des couleurs : principalement beige... J’ai pris la moins moche (à mes yeux), et je vais les personnaliser.
*** *** ***
J’ouvre mes boîtes à rubans et galons…
et opte pour de la dentelle (made in un vide grenier, j'en avais acheté 10 mètres pour un prix dérisoire) et un autre galon. 
La dentelle en haut.
Un petit galon rouge, avec un nœud cousu derrière la cheville et un bouton en bois.
Je confectionne des glands avec du fil, un bouton en bois et une petite breloque sur le côté (extérieur, pour ne pas se tromper de pied).
Environ 1H15 pour coudre tout ça.



Voili, voilou : je suis prête à COCOONER sur mon canapé ! 

Pôle emploi et management de cadres…

A la base, une bonne douzaine de petits cadres dont j’avais fait une frise. Mais ça, c’était avant, lorsque nous étions encore à Belfort.
J’ai donné une partie de cette bonne douzaine de petits cadres, mais "donner une partie" signifie que j’en ai encore… (6, pour être exacte)
Depuis, j'avais l’envie d’en détourner pour une création, même si je ne savais pas encore précisément laquelle. Il était donc urgent de laisser du temps au temps, mais AUJOURD'HUI, la conjoncture idéale de la météo lunaire, de mon esprit et de mon activité manuelle me permet de vous montrer.
... ... ... ...
Donc, ces cadres fort jolis, en plastique, que je m’empresse de démonter.
Je garde précieusement les cartes postales et les fonds, je n’ai pas âme à m’en séparer. (c'est dans mes gênes, c'est pas de ma faute.)
Je  colle sur les longueurs.

Comme je veux en faire une VITRINE (ça y est, j’ai enfin décidé, après avoir tergiversé un tant soit peu intérieurement) , je m’aperçois que les ergots en plastique sont très… TROP visibles et c’est odieusement moche.

Me voilà partie à découper des triangles de liège pour les cacher. Mais, on voit aussi le côté intérieur et donc, toujours et encore, ces ergots. (inutile de sortir de Saint Cyr, pour le comprendre)
Je fais donc aussi des caches que je glisse à l’intérieur. 4 coins, 4 cadres et intérieur/ extérieur, je coupe et colle 32 triangles.
... ... ... ...
Le couvercle : esprit pagode
3 épaisseurs de carton de différents formats, kraft et liège. Pour que le couvercle s'emboîte sur le haut de la vitrine, 4 mini longueurs dans un bâton de colle, fixées avec un point de colle chaude. Je les ai passées au vernis à ongle pour une élégance discrète.

La base : carton recouvert de kraft et liège, des pieds (pour donner un air aérien et élancé) en rondelles de bouchon. Vernis aquaréthane mat sur ces éléments.
Sur toutes les parties extérieures noires, je colle des bâtonnets de bambou d’un set de table récup dont j’arriverai peut être un jour à venir à bout. J’en utilise régulièrement dans mes bidouillages créations, mais il m’en reste toujours, hi, hi, hi…
La pampille : 300 tours de ficelle fine et brillante pour un gland orné de perles de bois, d’un cœur (ça aussi, c'est dans mes gênes) et de ruban.
Je sors avec bonheur ces petites décorations de scrap en bois (chez Action, à point de prix, comme dirait ma copine !) et les colle tout le tour en bas : faune et flore.
 Chaque face est différente...
Reste l’aménagement intérieur de ce petit espace.
Je tourne dans la maison, à la recherche de ce que je pourrais y exposer. Vous imaginez bien que je trouve facilement de quoi faire, sans pour autant ruiner le reste de ma déco…
Voili, voilou : c'est dommage, ma grenouille en poterie de l'expo n'y rentre pas !                   


blogger