Enfin un homme au ménage...

C'est ce que j'ai cru naïvement en entendant une copine qui disait "Pierre a récuré maison ".
Déjà, j'ai trouvé qu'il manquait un article dans sa phrase et, son mari ne s'appelant pas Pierre, j'ai eu la puce à l'oreille.
J'ai mieux compris lorsqu'elle m'a montré une... pierre à récurer maison...
(ça, c'était la PRÉFACE)

Maintenant le PRÉAMBULE avec un coup de gueule : 
Lorsque je vais faire mes courses en grande surface, je suis toujours impressionnée du rayon des produits ménagers… Des (kilo)mètres de produits tous plus indispensables les uns que les autres, qui promettent à toute ménagère de plus ou moins 50 ans d’avoir une maison rutilante, sans effort !
Et bien, je suis trèèès contente et fière de moi, car ce sont des rayons que je peux éviter en règle générale. (peut-être parce que j’ai plus de 50 ans, hi, hi, hi ).  Et bien sûr, sans (trop) faire la grève du ménage ! 

Enfin un PROLOGUE, pour me conforter dans mes idées : 
En cliquant sur un lien ICI et après lecture de toutes ces choses que je sais déjà, il me paraît INDISPENSABLE de vous convaincre de FUIR ces produits du commerce.
C’est pourquoi, je me permets de vous redonner les liens des produits d’entretien MAISON que j’utilise et dont je suis ravie. 
Ils sont faciles et rapides à faire, efficaces bien sûr, à base de produits non dangereux et toujours moins chers que  ceux achetés en magasin.
(Aussi d’autres idées dans ma rubrique écolo/récup)
     
     👉 Le spray ménager bon à tout… c’est par ICI
     👉 La crème à récurer : ICI
     👉 Le gel WC : ICI
     👉 Les pastilles nettoyantes WC : ICI
     👉 Pour parfumer la maison, les capillas : ICI

Cette fois-ci, je vous propose de fabriquer votre PIERRE à RÉCURER, dont la réalisation est vraiment facile. J’en utilise depuis longtemps, mais jusqu’à maintenant je l’achetais.
Peu d’ingrédients :
De nombreuses recettes, comme ici ou  . J'ai fait un peu à ma sauce, vous allez voir.
Pour commencer, du blanc de Meudon (comme ici) à la place de l'argile blanche.( J'ai du blanc de Meudon et pas d'argile blanche... mais j'en ai commandé ! )
Le blanc de Meudon est légèrement plus abrasif que l'argile, et absorbe bien moins les graisses... Par contre, beaucoup moins cher que l'argile. La prochaine fois, je ferai moitié, moitié, ou qu'avec l'argile.
J'ai utilisé une dose, (ici, une cuillère à soupe). Garder la même dose pour les 2 ingrédients.

    * 10 doses de blanc de Meudon
    * 5 doses de savon de Marseille liquide
Enfin, là encore, j'ai fait une petite entorse : j'ai remplacé 2 doses de savons de Marseille par 2 doses de savon noir en pâte.
   * 30 gouttes d'huiles essentielles :  10 tee trea, 10 lavande, 10 citron (HE facultatives)
Mélanger soigneusement le tout en pâte épaisse, utiliser une spatule en bois ou en plastique, pas de métal. (pas comme moi sur la photo, hi, hi, hi !)
Verser dans une boîte. J'ai lissé le dessus avec le doigt humide. Laisser sécher à l'air libre de 3 à 5 jours. Votre pierre à récurer est prête.


Voili, voilou :  y'a pluka !

Silence sur le plateau, on tourne !!

Ici aussi, clôture de l’année : dernière séance de VANNERIE.
J’ai un panier en route, mais il ne sera pas terminé cette saison. Peu importe, puisque ce n’est pas de lui dont je veux vous  parler.

Je commence à la maison et voudrais bien terminer SEULE, un plateau carré, rapide à faire puisque le fond est en bois.(côté d'environ 26 cm)
C’est mon frère ami Jacques qui très, mais alors très gentiment m’a gentiment percé les trous, régulièrement espacés. Grand MERCI
Je pensais pyrograver le fond, mais ce sera peint… Je dessine d’abord au crayon de papier, m’interdisant intérieurement de faire des cœurs !
Hésitante sur le choix des couleurs, ce sera dans des tons cuivrés et dorés. Le voici en cours…
Je peins aussi la tranche. Après séchage, je gomme le crayon de papier, ponce très légèrement (papier 400), et passe une couche de teinte merisier, avant de vernir  pour imperméabiliser le tout (vernis incolore et mat) et plusieurs couches de cire. Je prépare mes brins de rotin pour la clôture. Ils servent également pour le pied et la bordure.
Je commence par un cordon à 4 brins. Je tisse ensuite en torche à trois brins. Les côtés sont droits. Je ne suis pas encore sûre à 100% pour la bordure, c'est pourquoi, je l'avance bien pour simplement le terminer pendant le dernier cours avec Véronique. Petite fantaisie : les poignées avec le truc des pinces à linge pour une belle régularité.
Un unique rang de torche en s'appuyant sur les pinces, puis bordure tressée. (Petit coup de pouce de Véro). Reste les finitions : brûler toutes les rognures de rotin pendant qu’il est encore humide, laisser sécher, couper tous les brins qui dépassent.
Je ne lui ai pas encore trouvée d’utilité bien précise. 
Vous auriez une idée? ...paske là, c'est juste pour la photo ! 
Voili, voilou : moi qui n'était pas fan des fonds en bois, je trouve tout compte fait l'idée séduisante... 

Dans de beaux draps…

Pour la naissance de Miss Princesse Irlandaise, j’ai eu la demande de sorties de bain.
Vous connaissez mon esprit récup, recyclage et compagnie…
J’ai trouvé en vide grenier, un drap de bain Nemo, neuf pour 2€ (les parents aiment le bleu), et ma copine Clo m’a donné un peignoir éponge très moelleux… Voilà la base.
Je coupe un carré de 70 de côté dans l’éponge bleue (c’est la largeur du drap de bain). Dans la partie brodée, je réserve un triangle pour la capuche. Reste à arrondir les angles. La coupe est terminée.

Je commence par un biais sur le bord de la capuche. En farfouillant dans mes stocks, j’ai retrouvé celui-ci, parme, qui ne va pas trop mal. Et j’en ai une belle longueur.
Je couds également du biais tout le tour. 
Voici le numéro 1 terminé.
Même chose  pour le second en éponge écrue. Je me sers du dos et une partie du devant. Il est un peu plus grand : 75 cm de côté. Un biais rouge pour les bordures.
Ça c'est fait et envoyé...
*** *** *** *** *** ***
Chutes du drap de bain et du peignoir : je n’ai EVIDEMMENT pas cœur à les jeter. Je réalise 4 corbeilles, comme ICI. Elles sont réversibles, j’ai utilisé des cotonnades.
Un biais sur le bord, sauf la bleue et le tour est joué. (environ 25 mn par pochette). 

*** ***
C’est Mamie Do la tricoteuse qui va en hériter (à l'insu de son plein gré, mais je l’ai prévenue), je pense qu’elle en aura l’usage pour présenter ses layettes.                            *** *** ***
Voili, voilou : sortir l’aspi, paske la couture du tissu éponge, ça fait des minons ! 

En un éclair !

😧
Le glas a sonné, nous arrivons au bout du bout de la fin de la poterie… 
😍
Cette année, j’ai pris deux cours à la suite et ce fut un vrai bonheur.
😎
Vivement septembre que nous recommencions !

🍴Comme chaque année ou presque, nous terminons avec un repas ou chacun, chacune apporte quelque chose. 

Nos animatrices nous demandent simplement de préciser, si c’est salé ou sucré. Evidemment, en tant que trésorière de l’assos, je ne peux qu’apporter une note salée…
(humour, hein !!)

MINI ÉCLAIRS pour L’APÉRO
Je prépare une pâte à choux avec 1/4 l d’eau, très peu sucrée ( 1/2 CC ) et dresse des mini choux sur les plaques. J’en ai une soixantaine.
Une fois cuits, je les réserve pour la suite.

Trois garnitures, toutes à base de faisselle pour son côté frais et moins riche que la crème fraîche.
CHARCUTIER : 
Faisselle donc, du fromage bleu à saupoudrer, du jambon en très petits morceaux. A force de rajouter un peu de faisselle, un peu de jambon, un peu de bleu et tout de même une belle poupougnette de crème fraîche, je m’aperçois que j’en ai fait pour un régiment… Pas grave !
BUCOLIQUE :
Faisselle, chèvre frais, herbes du jardin : ciboulette et persil. Quelques rondelles de radis fraîchement cueillis pour le croquant.
OCÉAN :
Faisselle, sardines, citron, aneth, échalote.
Les éclairs sont fendus dans la longueur, je les garnis et les laisse au frais, le temps de préparer un glaçage.
👉 Pour celui-ci, je mélange 200 g crème fraîche tiédie avec 2 feuilles de gélatine, une pincée de sel, une once de poivre. Je partage ma préparation en 3. Deux gouttes de colorant alimentaire dans chaque.
J’attends que le glaçage commence à prendre. Aujourd'hui, je suis assez pressée, il est encore un peu coulant lorsque je l'utilise. (Pas grave, je me lèche juste les doigts un peu plus souvent.) 
Rose pour le charcutier, vert et gomasio pour le  bucolique, jaune, graines de pavot et un chouya de citron congelé pour l’océan. 
Les garder au frais jusqu’au moment de servir.
... BON APPÉTIT ...

Voili, voilou : très distingués sur un buffet… Ils ont disparu en un... ÉCLAIR ! (What else ?).

Nager dans le BONHEUR !

💕 💕 💕
Après avoir largué les amarres, faut bien nager pour avancer. Toujours pour les jeunes mariés Isa et Claude… Le MARIAGE est passé, je peux vous montrer !     
                             💕 💕 💕
👀
Grosse question qui nous taraudait depuis un long moment : 
- Qu’offrir à un couple dans nos âges et installé ensemble depuis des années ?? 
💕 Ah, ils ne nous ont pas facilité la tâche, ces deux-là ! 💕
D’un autre côté, je sais qu’ Isa aime bien le raku et j’ose enfin offrir des pièces que j’ai réalisées.
Ce sera donc du raku et vue leur attirance pour le milieu marin, c’était bien naturel de faire un poisson. Quitte à faire, de belle taille, vous allez voir. Je m’y suis prise plusieurs mois à l’avance. J’ai commencé par un patron en papier.
J’ai réalisé 2 plaques à la croûteuse et tracé le contour avant de découper.
L’intérieur est garni de papier journal froissé, afin de lui donner du volume.
Le papier journal brûlera lors de la première cuisson. Le bas du poisson est percé pour pouvoir passer une tige filetée.
Je forme les nageoires, les yeux et la queue.
Le reste est lissage avant de laisser sécher presque 3 semaines, bien calé sur de la mousse et quelques morceaux de bois, car les nageoires qui dépassent, c’est fragile.
Pour l’émaillage, après la cuisson biscuit, je passe de la fritte 1254, qui donne cette teinte entre blanc et ivoire. Les parties sans émail seront noircies par la fumée.
Cuisson raku. C’est Corinne qui me l’installe et le sort du four. (Et oui, entre le modelage du poisson et la cuisson, j’ai fait chute et bras cassé…). Merci
Claudine veille également pour le saupoudrage de sciure pour de belles craquelures. La fumée se charge de noircir les parties laissées sans émail. Merci...
J’ai réalisé un socle en terre, passé également au four raku et simplement enfumé. Il est percé pour la tige. J'ai ciré les parties noires.
Montage : sur les conseils de Corinne, je coule un peu de plâtre dans le socle pour l’alourdir et maintenir la tige.
Parallèlement, Jacques, mon copain bricoleur soude une petite pièce sur la tige, à la base du poisson. Je glisse délicatement la tige dans le poisson. Le voici prêt.
Voili, voilou : il est arrivé à bon port...
blogger