Se faire complètement rouler...

*** *** ***
Deuxième séries de créas pour le marché de Vertaizon en septembre : je vous en ai parlé dans mon précédent article.
*** *** ***

Cette fois-ci, ce sera en papier journal roulé comme ici ou
Préparation des tubes de papier. Je ne détaille pas comment faire, puisque vous vous êtes sûrement déjà précipité(e) sur les liens ci- dessus pour vous rafraîchir la mémoire.
Ensuite je forme la structure de base en glissant un fil de fer dans les tubes.
Quelques points de colle chaude au début. Les tubes sont emboîtés les uns dans les autres, avec un point de colle gel.
J’utilise de 15 à 17 tubes de papier pour chaque cœur. Il me faut 20 mn pour en faire un.
Je prépare un petit montage pour peindre à la bombe, dehors. (Encore une bonne idée crois-je !). A l’usage, il s’avère qu’ils tournent sur eux même et que ce n’est pas pratique DU TOUT. Je dois faire des retouches en les posant à plat.
Première fournée terminée. Je prévois de faire une dizaine de pièces, mais pas que des cœurs, tout le monde n’est pas forcément AUSSI fleur bleue que moi.
Quelques petits poissons
Des étoiles :
1,4 m de fil de fer glissé dans des tubes. Je plie tous les 13 cm pour former les branches.
La mise en forme est faites, je peux recouvrir.
Pour garder un peu de mystère, je ne vous montre pas LES FINIS tout de suite. Vous verrez les photos de mon stand, le jour de l'expo- vente.
Petite fioriture et ruban d’accrochage.
(Et pour celles qui s’impatienteraient de ne pas avoir encore vu mes créas en latte de sommier, il faut que l’idée mûrisse encore un chouya… mais c’est pour bientôt.)


Voili, voilou : je retourne au studio d'enregistrement faire des tubes.

Travail à la chaîne…

Ma copine Domi de "Risettes et gazouillis" a décidé d’organiser un marché de créateurs dans son village…  Bravo, très belle idée !
De plus, elle a pensé à moi et mes petits bidouillages et m’a proposé d’y participer.
Ce n’est pas encore pour tout de suite (septembre), mais comme le temps passe vite (comme tu dis, ma brav’ dame !), je viens de commencer.
*** ***
Mon crédo de créations est plutôt orienté dans un esprit récup.
*** ***
Je suis partie sur une série "genre accroche-rêves", avec pour base des anneaux de rideau (récup. donc, si vous avez bien suivi ! ).
Après nettoyage desdits anneaux (diamètre : 7cm), je les entoure de laine. Couleurs variées pour tous les goûts : j'en prépare 16.
Je tisse ma toile, en suivant le procédé ICI.
Je sors ensuite tout ce qui peutpourrait, pourra me servir. Pas de photo de la table avec toutes mes affaires, car justement on ne la voit plus, un véritable capharnaüm.
Des pompons, des glands de laine, des plumes, des bidouilles (je ne vois pas d’autre mot) récupérées à droite ou à gauche… Bref, toujours de la récup. Je couds quelques éléments, mais surtout utilise le fameux pistolet à colle chaude.
Allez, je vous montre, même s'il m'en reste encore quelques uns à terminer.
Voili, voilou : pour la base de ma prochaine série, des lattes d’un ancien sommier !

Voyage en Egypte…

En réalité, ce n’était pas tout à fait aussi loin...
Une grande partie de la famille s’était retrouvée pour quelques jours dans ma ville natale et merveilleux bonheur suprême, il y avait justement un grand vide grenier ce dimanche-là, doublé d’une température idéale pour faire le trottoir...
...INCONTOURNABLE...
Nous voilà parti(e)s de bon matin. Presque à la fin, j’ai aperçu un sublime petit meuble merveilleux, totalement indispensable et dont la forme inspire d'emblée le rangement au carré (ou pas d’ailleurs !)
💗 De plus, c’est ma sœurette qui me l’a offert, il était donc particulièrement impensable que je refuse.
Ensuite, je l’ai rapporté par ici et depuis presque un an, il attendait patiemment son tour. Je l’avais tout de même un peu entrepris : nettoyage, ponçage, pâte à bois.
L’hiver étant arrivé, puis mon bras cassé et enfin notre voyage en Afrique du Sud ont fait que je ne m’y suis mise que très récemment.
Et puis, comme toujours, il faut la petite étincelle pour savoir le comment du pourquoi de la customisation. Et là encore, fallait déjà imaginer l’endroit où le placer pour essayer d’harmoniser un minimum avec le reste. Avouez que tout compte fait, à peine un an pour gérer tous ces impondérables, c’est, somme toute, assez peu.
Toutes les conditions étant réunies, j’attaque !
Une couche, enfin 2 à vrai dire, de peinture blanche sur l’ensemble du meuble, sauf l’intérieur des tiroirs. Bien sûr, je ne perds pas mes bonnes habitudes de poncer ultra légèrement entre les couches. Je repasse le socle en gris.
J’ai encore quelque chutes de tapisserie comme pour la commode, ICI.
Pour le reste, c’est du bidouillage : j’habille l’intérieur des tiroirs, encore avec des chutes, mais cette fois-ci de la vitrine, ICI.
Pour terminer des poignées en pomme de touline.
Il trouve naturellement sa place entre les deux chambres.
Voili, voilou : honnêtement, il n’est pas très logeable, mais sympa et puis, c’est ma sœur qui me l’a offert, donc je le trouve merveilleux.

Promenade en forêt...

Vendredi dernier, nos amis de Clermont Ferrand sont arrivés pour passer le WE par ici. Comme d’hab, ils étaient chargés comme des baudets de mille cadeaux, dont ceci :
Très dubitative, je me demandais ce que cela pouvait bien être, jusqu’à ce que Michel me propose de croquer la pomme une tige.


Ah ! Oh ! Mag-Nifique… 
Depuis longtemps, je voulais tester l’AIL des OURS et me voilà avec une pleine cagette. Merci !
Avec Domi, sa moitié, nous fîmes quelques recherches pour ne point gâcher. Voici mes expériences.

Déjà tout laver et sécher soigneusement.
L’occasion de m’apercevoir que quelques feuilles sont tâchées de pustules peu appétissantes. (du coup, je me demande si Michel est vraiment mon ami, hi, hi, hi.)
Trêve de plaisanterie, je coupe les tiges avec l’idée de les mettre au compost, mais goûte et adore le côté croquant et parfumé. De plus, moins puissant en bouche que l’ail, on évite l’haleine de fennec. (sympa, hein ??) Je garde donc.
💗 Pour des salades goûtues : 
Je passe les feuilles au robot après les avoir coupées grossièrement. J’ajoute une pincée de sel et de l’huile d’olive. Je mets en petits pots.
💗 Deuxième préparation, genre tapenade avec des tomates séchées et de la poudre d’amandes. (effilées pour moi, car point de poudre)
J’ai mis environ 30 g d’amandes, 100 g de tomates séchées à l’huile d’olive, une belle grosse poignée de feuilles d’ail des ours, un chouya d’huile d’olive et une pointe de sel.
Un petit tour de manège robot et direction petits pots. Vous allez me dire que mes proportions sont à la louche et peu précises et vous avez raison ! Mieux vaut avoir la main légère au départ et rectifier l’assaisonnement ou la quantité d’huile à votre goût.
Pour ces deux préparations, j’ai fermé les pots en créant un vide d’air, comme ICI, de façon à pouvoir les garder sans congeler, ni mettre au frigo.
     *** Et quoi en faire ?
Nous avons testé la tapenade sur des toasts toastés, (ben voui, les toasts, on peut les toaster, dans un toaster pour en faire des toasts légèrement grillés), lorsque nous avons porté un toast à notre agréable journée.
💗 Tiges et les boutons :
Au vinaigre, genre pickles. Un peu de vinaigre de vin blanc, un peu de vinaigre à la pulpe de mangue, une pincée de sel, une pincée de sucre. Je garde au frais.
     *** Et quoi en faire ?
Evidemment, dans une vinaigrette… Et, à tester, sur un poisson poché, juste avant de servir pour garder le croquant.
Les 3 préparations du jour : 


Voili, voilou : une belle découverte pour moi… 
Merci encore Michel !

Cacher la misère…

A l’atelier de vannerie où nous sommes une dizaine, nous apportons chacun notre tour, un petit goûter.
Hier matin (quasi à l'aube naissante, vers 10 H 30), je me suis dit que personne ne s’était proposé pour le cours de l'après midi.
*** *** ***
Je venais justement d’apercevoir sur le net une recette de cake au citron rapide, facile ET inratable, l'occasion rêvée de montrer, une fois encore, mes fabuleux talents de cuisinière.
*** *** ***
Le temps d'enfiler ma tenue de combat et je me lance, en faisant cependant un peu à ma sauce, comme d'habitude : 
     * J’augmente les proportions (ça, en soit, c'est pas grave, sauf si on ne sait pas calculer une proportion de quelque chose...)
     * Je remplace une partie de la farine, par de la farine de maïs,
     * Je mets moins de sucre,
    * Je parfume aux HE d’orange (1 goutte) et de citron ( 2… ah non, trop tard, 3 gouttes),
     * Je dispose dans des empreintes à petits gâteaux, plutôt que dans un moule à cake,
     * J’ajoute du citron confit en brunoise sur le dessus.
  *** *** ***
SINON, je fais tout pareil que comme c'est écrit ! 
                                                                         *** *** ***
HOP, je mets au four et j'adapte le temps de cuisson. Ça gonfle bien. (jusqu’ici tout baigne, comme on dit !)
A la sortie du four (test de l’aiguille à tricoter réussi), les gâteaux ont tendance à légèrement s’affaisser un peu, mais, je garde le sourire. Il m'en faut beaucoup plus pour m'inquiéter ! 
Las, au démoulage, c'est là que l'affaire se corse, pas un seul n’est entier. Allez, même pas peur, je montre.
Avec Cla, passée par ici pour boire un p’tit café, nous échafaudons tout un tas de possibilités concernant ce fiasco. Seul petit réconfort, ils sont assez légers et le goût est bon, même si une goutte d’HE de citron supplémentaire est tombée dedans, à l’insu de mon plein gré, lors de la préparation.
N’empêche, je ne peux vraiment pas présenter ce genre de chose, ON est bien d’accord, hein ??
*** *** ***
Cla. partie, j’arrête de me lamenter et commence mes expériences pour la séance de rattrapage, car le temps presse.
     📌 J‘écrase une partie des gâteaux à la fourchette, avec juste ce qu’il faut de confiture de poires aux épices pour amalgamer et je forme des boulettes. Attention, pas trop grosses, car c’est assez compact. Je laisse tel quel.
 📌 Je passe au robot une autre partie des gâteaux miettes, avec du mascarpone, une once de cannelle et de la vanille.
Je rajoute un tout petit peu d’eau et forme des boulettes. Je les passe dans du cacao non sucré.
📌 Dans le dessus des gâteaux que j’avais gardés, je découpe des disques à l’emporte-pièce.
Je prépare une crème : mascarpone, lait de coco, noix de coco râpée, sucre glace et quelques gouttes de colorant jaune. Je dispose sur les dessus devenus fonds et saupoudre d’un peu de cacao.
 📌  L'heure tourne, j’ai encore pas mal de miettes de gâteaux, je congèle, on verra plus tard ce que j’en ferai.
Cette fois ci, c’est déjà- au moins- présentable et joli à regarder. Voici notre assiette à dessert à nous 2, Chéri et moa, pas pour la vannerie ! 
Voili, voilou : pour l'atelier, j’ai rapporté le plateau vide, c’est bon signe non ?
blogger