Galette (pas des rois) à la crème fraîche.

Rapide, facile et qui peut faire son "style esbrouffe", ce gâteau à la crème fraîche vous séduira probablement autant que MOA.
Les ingrédients : quasi de la base… Sinon, courez faire les emplettes.
C’est pas compliqué… FÔ tout mélanger.
Et pour encore plus de rapido/facilité, le robot.
Je parfume souvent avec un zeste de citron, de la vanille, quelques gouttes d’huiles essentielles (je commence à les utiliser en cuisine, pour ce gâteau, 4 gouttes suffisent). 
Je garnis mon moule d’un papier sulfurisé légèrement beurré, cuisson à 160° pour 35 mn, ni plus, ni moins. Ici, de l'orange confite.
Si vous voulez UN PEU frimer, rien de plus simple pour le sophistiquer, car il reste assez basique.
Sur le gâteau refroidi, un sympathique glaçage : 3 grosses cuillerées bombées de sucre glace délayé en pâte épaisse avec de l’eau chaude, un alcool (rhum, kirsch, grand marnier), de la vanille, du chocolat, du colorant... et des amandes effilées légèrement grillées à sec. Ici, j’ai ajouté des feuilles en pâte d’amande et des cerises confites maison, of course.
Eh bé, on s'est bien régalé.
Attention : si vous glacez le gâteau ou si vous ajoutez des fruits confits, pensez à réduire la quantité de sucre d’environ 40 g.
Pour un côté plus ENCORE PLUS TOO MUCH GLAMOoUuR festif et bluffant (après tout, la dégustation commence par les yeux), présenter avec un coulis de fruits  (fraises, cerises, abricots) ou une sauce chocolat, une touffe de chantilly parsemée de pralin ou de pralines concassées.
Voili, voilou : cela fait longtemps que je voulais vous proposer ce gâteau sans prétention aucune, quasi inratable, et qui, malgré tout, fait son petit effet.

Je ne pouvais pas terminer sans vous faire partager ce petit dessin : J'ADOOORE

Je ne sais plus dans quel ETAT j’erre…

OU petit aménagement de tout un GIGANteSque espace immensément vertical et encore incroyablement ViDE dans la cuisine ! Je ne mens pas, voyez donc par vous même :
C’est mon fils (irlandais d’adoption) qui m’a donné une caisse à vin, rapportée très dernièrement de Dublin à dos d’ânesse (facile d'imaginer qui a obtenu le rôle, hein !).
Un peu de ponçage. Un peu de jus de peinture, comme il ME plait à dire, à savoir de la peinture très diluée…
Un liseré jaune (comme la porte que je viens de repeindre, ici) sur le bord de la caisse .
Pour terminer, une couche de cire incolore mate.
En dessous, trois crochets ouverts pour…
(EVIDEMMENT)
accrocher trois petites babioles. Je ne sais pas encore quoi, mais je NE m'inquiète vraiment PAS DU TOUT sur le sujet, hi, hi, hi.
Sur le côté un bouchon de parfum récup. collé à la super glu.
Même pas besoin de trépigner, Chéri se charge de fixer de suite la boîte sur la cloison. J'suis toujours encore (un peu) fâchée avec la perceuse depuis... .
RE à moi pour la suite et fin. Déjà, le côté rangement, avec les tasses à café, ENFIN à côté de la cafetière !
Comme d’habitude, le reste n’est que poudre aux yeux :
Et le couvercle se glisse et se "déglisse" à souhait… Dans le mini panier, les cuillères à café en porcelaine.
A peine installée et déjà indispensable !
Voili, voilou : encore un petit délire assouvi...

Sherlock Holmes…

Le temps passe vite, très vite et Helena a déjà 6 semaines. Il est temps d'immortaliser ses menottes et ses papottes. 
                  
Son papa a acheté de la pâte auto-durcissante, mais elle est peu malléable, sent vraiment "pouah, beurk" et laisse des traces sur la peau. Bref, d'un                             commun accord, nous laissons tomber !
*** *** *** *** ***
Même si j’en ai fait plus jeune (du coup, c’est il y a bien longtemps, hi, hi, hi !), je recherche la recette de la pâte à sel. Du sel fin, de la farine et de l’eau.
Il suffit de choisir une mesure "dose". J’ai utilisé un pot à confiture. 2 mesures de farine, 1 de sel fin, 1 d’eau.
C’est prêt en quelques minutes.
J’ai préparé quelques gabarits.
Pour ne pas déformer l’empreinte, je la dépose de suite dans le moule qui servira à la sécher et la cuire.
Miss est prête, ni cris, ni pleurs. Papa la maintient bien droite au-dessus de la pâte. C’est à moi d’appuyer sur ses petits pieds, tout se passe bien. Maman filme toute l'opération, pour de beaux souvenirs.
Je recoupe le tour de la forme et lisse en humidifiant le doigt. Toujours au top des fantaisies graphiques (😉), je fais quelques décos. 
Pour la menotte, c'est beaucoup moins facile, Helena serre ses petits poings ✊et j'ai vraiment l'impression de lui écraser les doigts pour prendre l'empreinte.
Cependant, elle reste sereine. J'écrirai plus tard son prénom et sa date de naissance.
Le lendemain, nous refaisons une séance...
Nos œuvres sèchent durant 24 H, puis passage au four à environ 90°, pendant plusieurs heures.
Après durcissement complet, je ponce légèrement. "On" en reste là, car tout n’est pas sec et nous repartons dans quelques heures. La procédure est de peindre et/ou éventuellement vernir et/ou cirer. 
Pour ma part, je terminerai le travail la prochaine fois en passant une couche de colle à bois partout, puis peinture acrylique et vernis incolore mat. Je vous montrerai le résultat.


Voili, voilou : tout juste 6 semaines pour cette Princesse et déjà le pied dans les loisirs créatifs…

LOCAVORE de mon jardin...

Quel dommage de ne pas profiter de ces magnifiques fanes autrement que dans le composteur… Voici la récolte, je suis devenue fan et je m’occupe des fanes avant qu’elles ne fanent.
J'ai fait mes essais avec quelques fanes, goûté et comme ça m'a plu, j'ai lancé une grosse production !
J'ai d'abord lavé puis équeuté pour ne garder que les plumets... car les tiges sont trop dures et filandreuses pour mon délicat palais.
* Pour commencer, inutile de se creuser la tête avec un marteau piqueur. Les fanes ressemblent au persil et, c'est donc très simplement que je me suis contentée de ciseler les feuilles avec mes ciseaux magiques.
Une belle barquette au congélateur, pour les salades de cet hiver.
* Pour un petit présent, j’en prépare dans de l’huile d’olive et de noix, avec de l’ail et du gomasio aux 3 sésames (inutile de préciser "MAISON", hein !!).
Original à offrir… 
* J’ai préparé du beurre manié pour toasts, agrémenter quelques pommes vapeur, légumes ou un filet de poisson : fanes, un peu de sel, de l'ail, du beurre. C'est le demi frère du beurre d'escargot.
Je l'ai laissé durcir en lui donnant une forme allongée...
puis tranché...
et HOP au congel. Très pratique. 
* Enfin, j’en congèle, à la façon des fanes de radis, pour parfumer soupe ou bouillon de cuisson.
* Cette fois-ci, c’est sans vergogne, ni tristesse aucune que je dépose le reste dans le composteur.

Voili, voilou : de quoi mettre du soleil dans ma cuisine cet hiver !
           
blogger